Pour les travaux de la vigne, il est nécessaire d'avoir des petites mains qui font les nombreuses petites taches. Il y a des moments très précis lors de l'ébourgeonnage, lorsque c'est nécessaire de laisser seulement cinq bois sur le pied ou bien sept suivant la culture, il y a les effeuilles pour dégager la zone des grappes et mettre les bois dans les fils, le dégrappage en vert pour limiter la récolte, puis après il y a les vendanges et enfin la grosse partie de la taille qui se répartit sur l'hiver. Nous faisons partie des pays qui travaillons le plus longtemps la vigne.

Car il y a des moments d'effeuillages précis à faire afin que les raisins profitent au maximum du soleil. Contrairement à nous dans certaines régions, le soleil est si fort que les feuilles sont laissées volontairement pour protéger les raisins.

Alain Rolaz

 

Les travaux de la vigne

Entretien

 

L’épandage des engrais au débourrement ainsi que les labours clôturent les travaux d'entretien.

Plantations

 

Le soleil du mois d’avril réchauffe le sol, le viticulteur prépare sa parcelle. Un sol de préférence bien défoncé puis ressuyé recevra les jeunes plantations. Cette phase de travail nécessite un énorme investissement en main d’œuvre et en matériel (piquets, fil de fer… )

Ces jeunes vignes produiront une récolte pleine au bout de 4 à 5 ans.

Ebourgeonnage

 

Les bourgeons indésirables sont supprimés manuellement pour ne laisser que ceux qui formeront les six bois porteurs de grappes.

Epamprage

 

Sur la partie la plus ancienne des pieds de vigne, on trouve des pousses non fructifères, c'est-à-dire qui ne donneront pas de fruits mais qui, en revanche, puisent sur les réserve de la vigne.
On supprime des pousses du tronc dès le mois de mai : c'est l'épamprage.

Traitements phytosanitaires

 

Il serait préjudiciable de laisser la vigne sans protection durant sa phase végétative surtout entre le stade grappes visibles et la véraison (début de la maturité).

L’attention du viticulteur sera plus particulière lors de la floraison (juin) ainsi qu’au stade de la fermeture de la grappe. Le viticulteur prépare son pulvérisateur pour lutter contre les maladies cryptogamiques : mildiou, o•dium, pourriture grise.

Tout traitement est arrêté à la mi-août.

Lutte contre les insectes

 

En production intégrée, pour lutter contre les insectes, on traite la vigne avec des produits biologiques qui ont pour objectif de perturber le développement des oeufs et des larves de certains insectes.

Ainsi, les oeufs du ver de la grappe ne pourront éclore (action ovicide)et les larves des cochenilles sont anéanties juste après leur éclosion (action larvicide).

Effeuilles

 

Pour que les baies profitent au maximum du soleil, on enlève les rebioles (entrecoeurs). On aère ainsi les grappes et limite les risques de pourriture.

Attachage – palissage

 

Les nouvelles branches doivent être assujetties au palissage. Elles sont donc intercalées et attachées entre les fils de fer pour les faire pousser dans le sens du rang.

Travaux saisonniers

Vendanges vertes

 

Elimination de grappes afin d'équilibrer la charge en fruit sur le cep. Nous réalisons les vendanges vertes ou éclaircissage manuel entre la fermeture de la grappe (grossissement des baies après la fécondation) et la véraison (début de la maturation traduite par la prise de couleur des baies).

Préparation matériel vinaire

 

Vers la fin du mois d’août, le raisin achève sa maturation; le vigneron stoppe les traitements. Il peut alors se consacrer au nettoyage de la cuverie et à l’entretien du matériel vinaire.

Début des vendanges

 

Déterminer la date des vendanges est un processus complexe. En théorie, la vendange peut s'effectuer 110 jours environ après la floraison. Mais d'autres facteurs entrent en jeu : la maturité du raisin, les prévisions météorologiques, le temps qu'il a fait pendant l'année, la présence de maladie, entre autres. En fait la date de la récolte est laissée au savoir-faire et à l'expérience du viticulteur qui doit faire la synthèse de tous les facteurs en cause.

Epamprage

 

Sur la partie la plus ancienne des pieds de vigne, on trouve des pousses non fructifères, c'est-à-dire qui ne donneront pas de fruits mais qui, en revanche, puisent sur les réserve de la vigne.
On supprime des pousses du tronc dès le mois de mai : c'est l'épamprage.

Traitements phytosanitaires

 

Il serait préjudiciable de laisser la vigne sans protection durant sa phase végétative surtout entre le stade grappes visibles et la véraison (début de la maturité).

L’attention du viticulteur sera plus particulière lors de la floraison (juin) ainsi qu’au stade de la fermeture de la grappe. Le viticulteur prépare son pulvérisateur pour lutter contre les maladies cryptogamiques : mildiou, o•dium, pourriture grise.

Tout traitement est arrêté à la mi-août.

Lutte contre les insectes

 

En production intégrée, pour lutter contre les insectes, on traite la vigne avec des produits biologiques qui ont pour objectif de perturber le développement des oeufs et des larves de certains insectes.

Ainsi, les oeufs du ver de la grappe ne pourront éclore (action ovicide)et les larves des cochenilles sont anéanties juste après leur éclosion (action larvicide).

Effeuilles

 

Pour que les baies profitent au maximum du soleil, on enlève les rebioles (entrecoeurs). On aère ainsi les grappes et limite les risques de pourriture.

Attachage – palissage

 

Les nouvelles branches doivent être assujetties au palissage. Elles sont donc intercalées et attachées entre les fils de fer pour les faire pousser dans le sens du rang.